Éditorial - biblioteca.acropolis.org · (4) mircea Éliade, le sacré et le profane, gallimard,...

of 26 /26
1 Éditorial Changer les algorithmes ou changer l’être humain ? Par Fernand SCHWARZ Président de la Fédération Des Nouvelle Acropole L’intelligence artificielle reproduit nos préjugés. Une nouvelle étude montre que les programmes sont aussi biaisés que les êtres humains. Les stéréotypes de nos préjugés ont tellement la vie dure qu’ils se retrouvent reproduits dans des programmes d’intelligence artificielle. Des chercheurs de Princeton (New Jersey) et Bath (Royaume-Uni) ont publié dans la revue Science un article (1) où ils montrent comment une technologie de machine learning (machine pour apprendre) reproduit les biais humains, pour le meilleur et pour Revue de Nouvelle Acropole n° 285 - Mai 2017 Sommaire ÉDITORIAL : Changer les algorithmes ou changer l’être humain ? ÉDUCATION : Les bienfaits du langage symbolique SOCIO-POLITIQUE : Ré-enchanter le monde PHILOSOPHIE : Le voyage du guerrier de la paix PHILOSOPHIE À VIVRE : Le printemps, symbole de rénovation de l’âme LITTERATURE : La personne humaine dans l’œuvre de Carl Gustav Jung PHILOSOPHIE : Qu’est-ce que penser ? CINÉMA : « La danse de la vie » de Peter Watkins À LIRE

Author: others

Post on 30-Aug-2019

2 views

Category:

Documents


0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • 1

    ditorial Changer les algorithmes ou changer ltre humain ? Par Fernand SCHWARZ Prsident de la Fdration Des Nouvelle Acropole

    Lintelligence artificielle reproduit nos prjugs. Une nouvelle tude montre que les programmes sont aussi biaiss que les tres humains. Les strotypes de nos prjugs ont tellement la vie dure quils se retrouvent reproduits dans des programmes dintelligence artificielle. Des chercheurs de Princeton (New Jersey) et Bath (Royaume-Uni) ont publi dans la revue Science un article (1) o ils montrent comment une technologie de machine learning (machine pour apprendre) reproduit les biais humains, pour le meilleur et pour

    Revue de Nouvelle Acropole n 285 - Mai 2017

    Sommaire DITORIAL : Changer les algorithmes ou changer ltre humain ? DUCATION : Les bienfaits du langage symbolique SOCIO-POLITIQUE : R-enchanter le monde PHILOSOPHIE : Le voyage du guerrier de la paix PHILOSOPHIE VIVRE : Le printemps, symbole de rnovation de lme LITTERATURE : La personne humaine dans luvre de Carl Gustav Jung PHILOSOPHIE : Quest-ce que penser ?

    CINMA : La danse de la vie de Peter Watkins LIRE

  • 2

    le pire. Ils emploient la technologie appele GloVe. Celle-ci calcule les associations entre les mots. Les rsultats obtenus correspondent ceux dune exprimentation du test dassociation implicite, qui tudie les associations dides des humains. Des strotypes sexistes mais galement racistes sont aussi reproduits. Les tudes lexicales ont montr quaux tats-Unis, les qualificatifs donns aux Noirs amricains sont davantage lis un champ ngatif que ceux attribus aux blancs. Conclusion : nos rsultats suggrent que si nous fabriquons un systme intelligent, qui en apprenne suffisamment sur les proprits du langage pour tre capable de le comprendre et de le produire, il va aussi acqurir dans ce processus, des associations culturelles historiques, dont certaines peuvent tre problmatiques. Cest le cas du programme TAY de Microsoft qui tait cens incarner une adolescente sur twitter. En quelques heures seulement, le programme, apprenant de ces changes avec des humains, sest mis tenir des propos racistes et ngationnistes, avant dtre suspendu en catastrophe par Microsoft en 2016. Bien sr, il ne faut pas croire que lintelligence artificielle a des prjugs. En ralit, ce sont les humains qui ont des prjugs et lintelligence artificielle les apprend avec succs. Ce type de programme peut tre nfaste par exemple dans les traitements de demande de prts, ou la slection des CV, le prix des assurances, la justice De nombreuses entreprises et administrations ont dcid de traiter un certain nombre de dossiers simples en utilisant justement ces programmes, pour faciliter et acclrer leur travail. Maintenant plusieurs chercheurs prnent la mise en place dune autorit charge dauditer ces algorithmes et denquter quand un citoyen sestime victime de discrimination de la part de lalgorithme. Mais en ralit, il faut agir sur la source du problme : ce serait les humains quil faudrait modifier. Et cest l toute la question. Puisque finalement ces programmes dintelligence artificielle nous renvoient nous-mmes et notre capacit nous transformer. Si demain nous voulions ajouter des programmes pour amliorer les performances de ltre humain, nous risquerions de nous retrouver avec les mmes problmes amplifis. Cest un leurre. Comme le suggre Sandra Wachter, chercheuse en thique des donnes et des algorithmes Oxford : les humains, eux, peuvent mentir sur les raisons pour lesquelles ils nembauchent pas quelquun. linverse, les algorithmes ne mentent pas et ne nous trompent pas. En effet, ils se basent sur les informations que les humains leur donnent, sur leur comportement. Donc, si on ne change pas lhomme, on ne peut pas changer les algorithmes. Cest en cela que la philosophie peut aider ltre humain se modifier, se transformer de lintrieur, lui apprenant sortir de ses prjugs et ouvrir sa conscience la pluri-dimensionnalit de lexistence. Daprs un article paru dans le quotidien Le Monde, mardi 18 avril 2017 Lintelligence artificielle reproduit nos prjugs de Morgan Tual (1) Revue amricaine Science du 14 avril 2017, Vol 356, Issue 6334, page 183-186 Semantics derived automatically from language corpora contain human-like biases Aylin Caliskan, Joanna J. Bryson et Arvind Narayanan

  • 3

    ducation Les bienfaits du langage symbolique Par Marie-Franoise TOURET Dans la perspective amorce dans notre prcdent article (1), duquer ou formater ? , le langage symbolique savre un outil pdagogique sans gal.

    duquer, certes. Mais nallons-nous pas remplacer un endoctrinement par un autre ? Imposer lenfant une grille de lecture du monde qui le fera entrer de force dans un moule rigide dont il restera prisonnier ou quil rejettera lorsquil sera en ge de penser par lui-mme, sil nen reste pas prisonnier ? Cest ici, tout particulirement, quintervient le langage symbolique. Quest-ce quun symbole ? Le mot symbole, compos de deux mots grecs, sym (adverbe et prposition indiquant lide de rassemblement) et bole

    (dun verbe signifiant lancer), signifiait, dans la Grce antique, signe de reconnaissance. Son contraire, diabole, qui a donn dans les langues romanes le mot diable, est ce qui spare et oppose (dia, adverbe et prposition marquant une ide de sparation, voire de dchirement). Cest ce qui explique sa btise, illustre symboliquement dans les contes o il se fait rgulirement berner par les paysans dont il tente daccaparer la rcolte mais dont il ne rcupre jamais que la partie inutilisable (ce qui est sous terre lorsquil sagit de crales, ce qui est sur terre lorsquil sagit de navets ou de carottes). Aveugle lunit du monde, il ne sait juger que sur les apparences. lorigine, dans la Grce antique, le symbole tait un objet coup en deux dont deux personnes scellant une alliance gardaient chacun une moiti et qui permettait, lorsquon les rassemblait, dauthentifier la bonne foi de celui qui la prsentait. Le symbole rapproche, rassemble, restaure lunit quil met en vidence. Toute chose, abstraction faite de sa dimension fonctionnelle, peut devenir symbole. Le langage symbolique fait ainsi appel aux lments, aux objets concrets et aux phnomnes naturels. Il les conjugue ou les assemble sous forme de narration, de jeu plus ou moins thtralis, dimages ou de tableaux, etc. Il fait appel la mtaphore. Cest ainsi que la colombe symbolise la paix et la douceur ; un ciel de tempte, une tourmente psychologique. Tous relient les deux facettes de la ralit que sont le visible et linvisible, le concret et labstrait. Les vertus du langage symbolique Le symbole est universel : il est lapanage de tous les tres humains, en tout temps. On le retrouve dans toutes les cultures.

  • 4

    Il est accessible tous, de la naissance la mort, et sa richesse polyvalente inpuisable rpond tous les besoins, tous les ges et tous les niveaux de maturit. La pense symbolique, dit Mircea liade, prcde le langage et la raison discursive. Et encore : Le symbole dlivre son message et remplit sa fonction alors mme que sa signification chappe la conscience (2). Aussi peut-il tre utilis tout ge. Il est un mode de connaissance privilgie et nest pas confondre avec la fantaisie ou le fantasme : Le symbole rvle certains aspects de la ralit les plus profonds qui dfient tout autre moyen de connaissance. Les images, les symboles, les mythes, ne sont pas des crations irresponsables de la psych, ils rpondent une ncessit et remplissent une fonction : mettre nu les plus secrtes modalits de ltre. (3) Il nest pas contraignant : le symbole est une cl qui ouvre les portes dun royaume intrieur dont chacun va explorer librement la ou les parties qui lui sont accessibles ou utiles un moment donn. Dans lequel il pourra revenir pour approfondir ou largir son exploration en fonction de ses besoins et de sa maturit. Il nimpose rien. Il nest pas rducteur : il nenferme pas dans une grille intellectuelle souvent grossirement simplificatrice. Il ne souffre aucun dogmatisme, aucune volont demprise ni de conditionnement. Le symbole, toujours selon Mircea liade, sadresse ltre humain intgral et pas seulement son intelligence. (4) Il fait vivre lunit et natre le sentiment dappartenance. Il fait appel aux correspondances et met en contact avec le Tout. Il suscite la rminiscence. Il provoque chez celui qui le vit une rsonance qui veille lme endormie, fait cho ce quelle sait depuis toujours et ravive la connaissance enfouie sous lpaisse couche doubli provoqu par labsorption des eaux du Lth (5). Il emplit dallgresse et denthousiasme et fait danser les couches profondes de notre cur dune vitalit printanire. Il revitalise et revigore. Il signe un retour aux origines. travers la vertu du symbole, lorsque sont runies les conditions de son efficacit, soprent simultanment une lvation du taux vibratoire de la personne et un contact avec les couches profondes de la psych. Lempreinte en demeure grave dans lme et reste susceptible dtre ractive tout moment. Son vcu collectif, bien prpar, en facilite et en amplifie leffet. Notre prochain article prsentera un exemple dutilisation du langage symbolique dans lducation. (1) Revue Acropolis n283, Le jeune enfant et son matre intrieur, avril 2017 (2) Cahier de lHerne, Livre de Poche, 1978, page 160 (3) Mircea liade, Images et symboles, Gallimard, 1980, pages 13 et 14 (4) Mircea liade, Le sacr et le profane, Gallimard, 1965, page 112 (5) Platon, La Rpublique, tome X. Dans le mythe dEr, le Lth est le fleuve dont les mes qui vont sincarner doivent boire leau pour oublier leur vie passe

  • 5

    Socio-politique R-enchanter le monde Par Luc BIGE Le monde a-t-il besoin dtre renchant ? vrai dire nul ne renchante le monde, il sagit seulement dune question de regard. Lil utilitariste rend la nature utile, la vision potique la rend belle et lumineuse.

    Aujourdhui, il ne suffit plus damliorer notre savoir technique, il nous faut aussi dcouvrir un ordre sens du monde et notre place dans celui-ci. Tel tait dj le programme de Descartes. Un projet dont seul le premier pas est en voie daccomplissement, et avec quel brio ! Il faudrait aujourdhui complter cet immense succs qui nous conduit droit vers des dsquilibres psychologiques et plantaires dangereux par un Trait de la Mthode , une jolie expression que nous empruntons Gilbert Durand (1). Cest--dire explorer le monde imaginal, cette ralit invisible qui est comme la racine cleste des choses visibles. En ces espaces inconnus fleurissent les mythes ; les lgendes ; les sources dinspirations des crateurs, des inventeurs et des mystiques ; les esprits des plantes ; les ondines et lme du Monde. Cet univers que toutes les cultures lexception notable de la ntre ont explor, a le pouvoir, pour celui qui le contacte, de susciter de la joie et de le transformer profondment. Cet article aborde le r-enchantement du monde en deux parties : un premier volet explore ce que serait un monde un renchant, puis nous voquerons dans une seconde partie un certain nombre de paradigmes qui pourraient contribuer sa rvlation. Un monde qui souvre sur linfini

  • 6

    Que serait un monde renchant ? Peut-tre et surtout une organisation sociale qui favorise louverture des personnes la perception de linfini. Deux grandes disciplines contriburent la transformation de lhumanit : la religion et les sciences fondes sur les mathmatiques. Or toutes deux traitent, leur manire, de ce qui dpasse la condition humaine : la transcendance dun ct et, de lautre, ce grand mystre qui reconnat la rationalit des choses. Souvrir linfini et regarder les toiles dans la nuit dcentre le moi de ses proccupations quotidiennes et de ses systmes de croyance qui rendent sa vie souvent si malheureuse. Progressivement cette ivresse des hauteurs descend dans notre finitude, lenrichit et la transforme. Cette posture daccueil inconditionnel a pourtant un pralable quil faut trancher en son cur : lunivers est-il accueillant ou est-ce une dure lutte pour la vie ? Dans le premier cas la comptitivit et les peurs viscrales qui habitent tout tre humain nont plus de justification et peuvent tre abandonnes. Dans le second cas elles conditionnent notre survie et nos comportements. Parions ici que pour ceux qui posent leur conscience dans leur cur lunivers leur offre sa bont spontane. Le contact avec linfini transforme les socits Sur le plan historique cette porte vers linfini sest ouverte au XIXe sicle, en synchronicit avec la dcouverte de Neptune (1846). Deux ans plus tard Marx publiait son Manifeste, ce qui lana le mouvement socialiste qui fut une sorte de messianisme lac cherchant dpasser les frontires de la fraternit et des nations. En ce mme sicle la thosophie et le mouvement Baha (2) rencontrrent chacun lenthousiasme de millions de gens. De leur ct des mathmaticiens comme Cantor russirent mettre linfini en quation. Le XIXe sicle fut un immense respir pour dpasser les limites humaines en insufflant linfini dans la conscience des masses (Marx), dans la physique (Georges Cantor (3)) et dans la pense (H.P. Blavatsky). Le XXe sicle opta pout le matrialisme, touffa ces espoirs de renouveau et changea la donne avec ses grandes guerres. La dcouverte de Pluton en 1930 fut signal symbolique de cette nouvelle poque. R-enchanter le monde cest accomplir au XXIe sicle les grands rves mystiques ports par le XIXe sicle dans la conscience des profondeurs et de leurs puissances sauvages explores au sicle dernier. Dconditionner notre imaginaire Cette ouverture sur linfini nest envisageable que pour celui qui accepte et apprend dconditionner son imaginaire. Cela signifie arrter de croire tout ce que nous racontent nos penses. Cela signifie voir que les problmes socitaux, cologiques, militaires, de chmage et de pauvret ont leur racine non dans lconomie ou dans quelque autre facteur objectif mais dans nos reprsentations, cest--dire dans nos penses. Une pense complexe cre un monde complexe, une pense apeure cre un univers militaris, une pense bienveillante produit une ralit bienveillante. Concrtement renchanter le monde suppose de changer notre interprtation du monde, de privilgier par exemple ce qui nous apporte de la joie, ce qui vient du cur ainsi que les lans hroques surgissent de notre me.

  • 7

    Ceci nest pas une vue utopique mais une simple consquence du fonctionnement du cerveau. Lorsque nous regardons des objets le rayon lumineux qui sy rflchit passe par le cristallin de notre il qui, comme toute lentille, inverse limage. Donc, normalement nous devrions voir les choses tte en bas . Puis cette image inverse se transforme en un courant lectrique pour atteindre le centre de la vision dans le cerveau. Alors seulement nous avons la conscience de voir des objets . En dautres termes, le cerveau fonctionne comme une bote noire qui reconstruit en permanence ce que nous appelons la ralit . Comprendre que nous ne possdons que des interprtations est la cl pour dconditionner notre imaginaire. Ainsi ce morceau de papier que vous avez dans votre portefeuille et que vous appelez argent ne fonctionne que parce que tout le monde croit quil a de la valeur. Quelle personne sense donnerait sa plus belle montre contre quelques rectangles de papier imprim ? Les grandes mutations se font dans les no mans land Souvrir linfini en dconditionnant notre imaginaire ne suffit pas. Il faut encore des conditions historiques favorables, sans doute runies aujourdhui puisque nous nous dirigeons vers la sixime grande extinction (4) du vivant sur la Terre. La dernire eut lieu il y a 62 millions dannes lorsquun gros astrode scrasa au large du Mexique actuel. Les dinosaures disparurent et avec eux un grand nombre despces vivantes. Ce fut une chance inespre pour un petit mammifre de la taille dun chat qui a pu, au fil des millnaires suivants, se diversifier car le champ tait libre. Il donna naissance au cheval, au rhinocros, llphant, au chat, la souris et ltre humain. Les changements profonds qui annoncent des ges nouveaux ont besoin des no mans

  • 8

    land , des espaces o il ny a plus de dinosaure . Il y a alors suffisamment de ressources et de libert pour laborer de nouveaux systmes de pense, de nouvelles visions du monde, loin des grandes dinosaures dominant, ce que nous appelons aujourdhui le systme . Une crise financire, cologique ou politique laisse un espace psychique libre pour souvrir linfini et dconditionner limaginaire. En attendant il sera toujours possible de dcouvrir quelque no mans land cach et discret pour prparer le nouveau monde. Les clefs du vivant pour traverser les crises

    Personne nest seul pour renchanter le monde. La vie sur terre, qui dj travers bien des crises, a russi ces prouesses grce plusieurs clefs dont celles de la coopration, de louverture lintelligence collective et de lintgration des fonctions. Le lichen poussa trs loin la coopration et russit conqurir tous les continents. Ce petit organisme est le fruit dune alliance entre une

    algue photosynthtique pourvoyeuse dnergie solaire et dun champignon dont le myclium absorbe les sels minraux de la terre. Lun sans lautre, ils seraient rests localiss dans de discrets et fragiles biotopes. Ici la coopration fut plus puissante que la comptition. Et si danciennes bactries que nous appelons aujourdhui des btonnets navaient pas dcid de vivre dans notre il et de cooprer avec lui notre vue serait infiniment moins performante. Une autre clef de transformation quutilise le vivant pour voluer est la confiance dans une forme dintelligence collective prsente dans linconscient de la Nature (dont nous faisons partie). Il existe par exemple une petite cellule d-peine un millionime de gramme, sans systme nerveux et encore moins de cerveau, qui vit dans la mer. Ce foraminifre sait fabriquer des chausse-trappes partir du mica recueilli au fond de locan pour attraper les petites proies dont il se nourrit. Comment est-ce possible sans cerveau ? Cette intelligence mergente dont linstinct animal nest pas tranger, pas plus que lintuition humaine, contribue immensment au processus dvolution et de transformation des tres vivants. Saurons-nous lui faire confiance sans la brouiller par tous nos jugements rationnels qui ltouffent ? Mais quest-ce que lvolution ? Le modle biologique rpond sa manire, trs pratique, en intriorisant les fonctions. En dautres termes ce qui tait dabord lextrieur est devenu un intrieur au fil du temps. Cest ainsi que la carapace chez la tortue est devenue os chez les mammifres. Les fcondations entre ovule et spermatozode chez les conifres primitifs se faisant au hasard des flaques deau disponibles, puis vinrent les plantes fleurs qui intgrrent le processus de fcondation dans leurs corps. Quest-ce que signifie pour un tre humain intgrer les fonctions ? Nous avons un terme pour le dire : symboliser . Symboliser, cest

  • 9

    transformer une exprience extrieure en un enrichissement de conscience intrieure, cest intrioriser son sens afin de grandir en maturit et en libert. En symbolisant nous intriorisons la conscience et contribuons au prochain pas volutif du vivant. Les tres vivant utilisent une recette qui a fait ses preuves depuis quatre milliards dannes en cooprant, en symbolisant leur manire trs physique et en ayant confiance dans les intelligences mergentes , cette force de linconscient qui reprsente le moteur de lvolution. Saurons-nous encore une fois accompagner individuellement et collectivement les forces de la Vie si puissante et si merveilleuse en nous ouvrant linfini ? Dans le prochain article nous explorons quelques paradigmes qui pourraient nous aider aller vers un monde renchant. (1) Professeur de Philosophie, danthropologie et de sociologie (1921-2012), lun des prcurseurs des recherches sur limaginaire et auteur de Les Structures anthropologiques de l'imaginaire, ditions PUF, 1960 (2) Religion abrahamique et monothiste proclamant lunit spirituelle de lhumanit, fonde en 1863 par le Persan Mirza Husayn-Ali Nuri (1817-1892) (3) Georg Ferdinand Ludwig Philipp Cantor (1845-1918), mathmaticien allemand, crateur de la thorie des ensembles. Ses travaux ont un intrt philosophique et ont engendr un changement de paradigme (existence dune infinit dinfinis) (4) Dans lhistoire de la Terre, cinq grandes extinctions dorigines gologiques ou cosmogoniques ont eu lieu et 95% des espces ont disparu Article crit daprs une confrence donne par Luc Big Bordeaux et Paris en 2017, Aux mes, citoyens

    Luc Big

    Docteur en Sciences (biochimie), sintresse lastrologie et notamment lastrologie mondiale. Auteur de nombreux ouvrages sur lastrologie, le symbolisme et la mythologie grecque. Principaux ouvrages : - Le chur des plantes, systme solaire symbolique, ditions de Janus 2014 - Vers un modle astrologique de lHistoire, ditions de Janus 2012 - Lhomme runifi en Occident et Orient, ditions de Janus, 2002 - La Voie du hros, les douze travaux dHercule, ditions de Janus, 2010

    http://reenchanterlemonde.com

    Politique du Dao Relier le sensible et lintelligible Par NATARAJAN ditions Accarias/Loriginel, 2017 250 pages, 20 Notre poque appelle une remise en question exhaustive aussi bien de lHistoire que de nos valeurs contemporaines, et cest en acceptant den revenir au mystre de notre propre perception, que la Voie souvre, au-del des automatismes et des conditionnements, des peurs suscites par lpoque et des promesses fallacieuses des avenirs . Il sagit de rconcilier lme et le corps, lintelligible et le sensible, la dimension verticale et spirituelle et la dimension horizontale et matrielle. Un pari dans la socit actuelle ou la logique du OU prdomine sur la logique du ET.

    http://reenchanterlemonde.com/
  • 10

    Philosophie Le voyage du guerrier de la paix, dcouvrir son tre profond Par Marie-Agns LAMBERT Le guerrier de la paix mne un combat contre lui-mme pour devenir meilleur. Comme les hros des contes, il mne un chemin de vie qui peut lamener vivre des preuves pour dcouvrir son tre profond ou sa mission, voire sa vocation. Pour accomplir sa qute, il entreprend un voyage.

    Le voyage est un itinraire la fois rempli de russites comme dchecs, de satisfactions, dembches et dpreuves, qui amnent le guerrier de la paix dvelopper des qualits, affirmer son identit, devenir plus conscient de ce quil vit et trouver un sens son existence. Au cours du voyage, il rencontre des modles, des repres, des guides intrieurs qui le conseillent et linspirent. Ce sont des archtypes, des forces primordiales qui lui montrent comment vivre. Ces guides sont parfois vus comme des dieux ou des desses, ou des personnages. Nous pouvons les retrouver en nous-mmes (dans nos rves ou nos actions), comme dans linconscient collectif (les mythes, les lgendes, lart, la

    littrature, la religion). Chacun des archtypes qui se manifeste dans le voyage apporte avec lui une mission et une leon, un don ou un trsor. Les trois tapes de la traverse Le priple du hros comporte trois tapes : la prparation, la traverse et le retour. Dans la phase prparatoire, le guerrier de la paix dcouvre ses moyens et apprend s'en servir, ou vit une preuve qui met fin une situation heureuse et lamne partir. Au cours de la traverse, le guerrier de la paix affronte des dragons (extrieurs avec les preuves et intrieurs avec ses propres limitations) rencontre des preuves qui laguerrissent, renforcent la confiance en lui, rvlent son tre profond et sa voie daction. Dans les contes, cette victoire correspond la prise de possession du trsor ou la dcouverte du Graal. Le retour correspond la rintgration du hros dans la socit et dans lordre du monde. Transform et transmut par ce quil a vcu, il rapporte le trsor et restitue le fruit de son exprience la collectivit, et va faire rgner lharmonie et le bien.

  • 11

    Alors que Carol Pearson (1) a distingu douze archtypes, Fernand Schwarz, avec lexprience mene avec les jeunes du groupe Perseus (2) en a dnombr neuf, (trois par tapes) que le guerrier de la paix rencontre au cours de son voyage. Les neuf preuves La prparation comporte trois tapes, chacune dirige par un archtype, destines se confronter avec lgo personnel et se vaincre soi-mme. Les trois archtypes sont : lEnfant innocent, lInsatisfait et le Guerrier martial. La traverse libre le guerrier de la paix de lemprise possessive de lgo personnel pour que lme sexprime. Libr, le guerrier devient librateur. Les trois archtypes sont : ltre solidaire, lAventurier et le Guerrier pacifique. Le retour permet de construire une forme adquate en soi pour canaliser lesprit dans laction mene dans le monde. Le guerrier de la paix devient constructeur la collectivit. Les trois archtypes sont : le Myste, le Maillon et le Guerrier de la sagesse. La prparation Sortir de la dpendance et de lindiffrenciation, vaincre son ego Avant de partir, le guerrier de la paix doit se prparer et prparer son voyage. Partirlui de sortir de lenfanc implique pour lui de sortir de lenfance, du monde scuris quil connat. Cest le sens du premier archtype Lenfant innocent. Celui-ci doit apprendre affronter le monde rel, faire confiance sans tre naf, dvelopper un optimisme prudent, tre loyal dans ses engagements et rester patient face aux preuves. La tentation serait de rester dans une forme de pacifisme naf, de refuser inconsciemment de voir la complexit des choses ou de rester en scurit dans un monde de plaisirs et de satisfactions, pour viter labandon. Ensuite, la dcouverte du monde doit conduire le guerrier de la paix assurer lui-mme ses propres besoins, sortir de la dpendance des autres et prendre conscience quil nest pas tout seul et quil y a les autres. Cest le sens du second archtype Linsatisfait, qui doit apprendre vivre les contradictions. Lombre de LInsatisfait est lorphelin, qui se pose en victime, sestime impuissant, pense que tout le monde lexploite, vit dans un monde injuste et nassume pas ses responsabilits. Dans la dcouverte du monde, le guerrier de la paix fait face aux preuves de la vie. Ce sont les premiers combats quil doit mener en se fixant des objectifs qui valent la peine, en mettant au point des stratgies. Cest le sens de ce troisime archtype Le Guerrier martial. Lombre du Guerrier martial est le guerrier belliqueux, celui qui cherche le pouvoir titre personnel, au total mpris de toute thique.

  • 12

    Avec ces trois archtypes, le guerrier de la paix a pris conscience de la puissance et des limites de son go personnel. Il est prt devenir le capitaine de son me (3). La traverse, devenir capitaine de son me

    Le guerrier de la paix commence son voyage, cest le dbut de laventure, lappel de lme vers linconnu, lappel vers le mystre de la vie et de sa propre existence. Au cours de ce voyage, trois archtypes vont se prsenter lui. Le premier archtype Ltre solidaire ouvre son cur et il devient sensible la souffrance des autres. Il dveloppe compassion, douceur et gnrosit. Son ombre est celle du martyr, qui assure et maintient son pouvoir sur les autres, en jouant le sauveur et en les culpabilisant, les infantilisant et les touffant. Les preuves vont permettre de contacter son me, de chercher pntrer le mystre de la vie et de sa propre existence et de transformer les rves en ralit. Mais le guerrier de la paix doit garder son mental et son cur au centre de soi-mme. Cest le sens de larchtype LAventurier qui sengage dans la qute de la vrit avec force et cherche son trsor. Il est en qute de sens et didentit. Il veut dpasser ses limitations. Il affronte courageusement les dragons qui se prsentent. Son ombre est le perfectionniste, tentant sans fin dtre la hauteur dun objectif irralisable et ne sengageant jamais rien. Il peut devenir un consommateur en fuite, vivant dans son monde et enclin toutes les dpendances. Larchtype du Guerrier pacifique conclut la traverse. Sa finalit est de vaincre son propre dragon (ses peurs, son ego) et de dcouvrir son trsor intrieur en restant fidle son cur, quelle que soit la difficult. Il doit se purifier constamment, renforcer sa dtermination pour faire face aux preuves avec succs. Grce lamour, le Guerrier pacifique peut sengager et faire don de lui-mme pour une cause qui le dpasse. Il pourra alors tablir un lien profond en tant que maillon dans la longue chane des Guerriers pacifiques. Lombre du Guerrier pacifique est celui qui est jaloux, possessif, envieux, avide, a besoin de se comparer, dtre reconnu. Il devient un sducteur victime de ses passions

  • 13

    et attachements et utilise lamour pour conqurir, tissant des rapports superficiels, qui engendreront ensuite des sentiments de trahisons rciproques. Le retour, construire un ordre intelligent Aprs avoir accompli le voyage vers la dcouverte de soi-mme, ce qui va le transformer, le guerrier de la paix doit songer au retour. Il va rencontrer trois archtypes. Le premier archtype est Le Myste. Ici commence ltape de mort et de renaissance, de purification, de destruction des vieilles formes. Le Myste doit apprendre lcher le pass pour permettre au changement de saccomplir. Il doit grandir intrieurement en se mesurant lobstacle, en reconnaissant ses ombres, en combattant ses dragons et en sacceptant tel quil est. Son ombre rvle une tendance lautodestruction, un manque destime de soi qui pousse la destruction de soi-mme et dautrui et lexcs en tout genre. Aprs tre pass par les phases de mort et renaissance, le second archtype, Le Maillon cherche la forme adquate dexpression de lhomme intrieur, en lui-mme, comme dans ses actions. Il se rapproche de son vrai Moi, et dcouvre sa loi daction, le svadharma des Hindous. Son ombre manifeste une tendance lobsession du changement, sans rien mettre en pratique de faon durable. On devient alors bourreau de travail, activiste effrn, dtestant le vide. la dernire tape du retour, et la dernire tape du voyage, le guerrier de la paix revient chez lui, rempli dexpriences. Il rencontre larchtype du Guerrier de la Sagesse. Il devra construire un ordre intelligent, un royaume prospre et harmonieux et une sagesse de vie. Sa tche est daider les autres trouver le sens de leur moi profond et vritable tout en cultivant le sien propre et dveloppant son pouvoir interne. Il assume la totale responsabilit de sa vie. Son ombre est le tyran (logre des fables), qui cherche tout contrler bafouant le respect et la dignit des autres. Le voyage du hros ou du guerrier de la paix est la qute de toute une vie, une spirale ascendante qui ne sarrte jamais, passant par des cycles et des tats de conscience de plus en plus profonds. Si dans le priple les tapes sont les mmes, les preuves sont diffrentes. Elles nous permettent cependant de dgager une force morale puissante pour devenir chaque jour de plus en plus forts. Pour vivre ce voyage hroque avec conscience et maturit, la pratique de la philosophie est indispensable. Elle nous permet de mieux nous connatre, de vivre en conscience les preuves, den tirer une exprience profitable pour grandir et devenir responsable. Sachant affronter les preuves, le guerrier na pas peur de la vie ni de simpliquer pour construire un monde nouveau et meilleur et continuer la tche que de nombreux guerriers de la paix ont accompli avant lui. (1) Auteure et ducatrice amricaine, ne en 1944. Elle a dvelopp de nouvelles thories et modles pratiques en sappuyant sur les travaux du psychiatre C.G. Jung, du psychanalyste James Hillman et du mythologue Joseph Campbell Auteur de :

  • 14

    . Douze Archtypes pour nous aider nous trouver et transformer notre monde, Harper Elixir, 2015, 352 pages

    . Le hros intrieur : Six archtypes rgissent notre vie, ditions de Mortagne,1992, 266 pages (2) Groupe de jeunes qui se mobilisent chaque anne pour accomplir des travaux utiles pour la collectivit en cherchant se former et mieux se connatre dans laction (volontariat cologique ou restauration de patrimoine). http://www.tendanceouest.com/actualite-189985-orne-100-jeunes-sur-le-camp-perseus-de-l-ong-rapid-france-a-remalard-en-perche.html (3) Expression tire du pome Invictus, court pome de lcrivain anglais William Ernest Henley (1849-1903) et pome prfr de Nelson Mandela (1918-2013) Article ralis daprs le livre de Fernand Schwarz, Perse, le guerrier de la paix, ditions Acropolis, 2016, 110 pages

    Le jeu de la voie des contes Puisez au cur des contes linspiration personnelle et collective Par Jean-Pascal DEBAILLEUL ditions Le Souffle dOr, 2010, 463 pages, 24 Pour rpondre aux questions essentielles de lexistence, les contes sont de merveilleux enseignants. La qute des hros est la ntre et parfois leur dfi semble impossible. Lauteur propose propose dentrer en relation avec son dsir profond par le jeu de la Voie des contes, pour devenir le hros de sa propre vie.

    Nayons plus peur, Oser la compassion peut transformer nos vies Par THUPTEN Jinpa ditions ditions Belfond, 2016, 351 pages, 19 Cultiver laltruisme, lempathie et la compassion permet de rduire le stress, combattre la dpression, amliorer sa sant, aller au bout de ses projets, spanouir pleinement. laide dexercices de mditation inspirants, lauteur grande figure du bouddhisme international et proche du Dala Lama, nous invite nous ouvrir ces valeurs pour souvrir lautre, dpasser nos peurs et devenir pleinement soi-mme.

    La thrapie archtypale Guider sa vie avec les archtypes Par Bernard CHAUMEIL ditions Vga, 2015, 203 pages, 18 travers une thrapie analytique, dcouvrir les 22 comportements socio-culturels dit archtypes permettant dagir en conscienc sur le monde visible et invisible. Pour chaque archtype, des cas concrets pour transformer la problmatique et la souffrance en comprhension et devenir acteur de sa vie.

    http://www.tendanceouest.com/actualite-189985-orne-100-jeunes-sur-le-camp-perseus-de-l-ong-rapid-france-a-remalard-en-perche.htmlhttp://www.tendanceouest.com/actualite-189985-orne-100-jeunes-sur-le-camp-perseus-de-l-ong-rapid-france-a-remalard-en-perche.html
  • 15

    Littrature La personne humaine dans luvre de C.G. Jung Par Didier LAFARGUE Lindividu en son entier demeure au centre de luvre de Jung. Dans les profondeurs de son me existent des puissances quil lui faut assimiler sous peine de connatre la barbarie.

    Ma vie est imprgne, tisse, unifie par une uvre, et axe sur un but, celui de pntrer le secret de la personnalit (1) disait Carl Gustav Jung. Quand on tudie son uvre, on est frapp par limportance accorde lhomme en tant quindividu dans sa totalit. Au plus large public sadresse cet essai, tous ceux dsireux de sinstruire sur la pense philosophique de Jung. C.G. Jung, la dcouverte de linconscient collectif Carl Gustav Jung est n en Suisse, d'une famille d'origine allemande. Fils de pasteur, il fut vite amen se poser des questions religieuses. Plus que les implications sociales de la religion, lintressaient les raisons profondes expliquant ses manifestations, tout ce qui se rattachait la vie personnelle de lindividu. Plus tard, son mtier de psychologue le plongea de plain-pied dans la complexit de la nature humaine. Je traite chaque malade aussi individuellement qu'il m'est possible, car la solution du problme est toujours personnelle (2) disait-il. Jung

  • 16

    donne linconscient un caractre plus vaste que celui que lui accordait Freud. En lui, existe une structure commune tous les hommes appele inconscient collectif. Les contes, mythes et lgendes de toute sorte en sont lexpression. Les voyages quil fit de par le monde, en Afrique du nord, en Afrique noire, en Amrique, en Inde, la psychologie des peuples quil eut connatre le renforcrent dans cette conviction. Loin de lEurope et de la primaut donne la dimension intellectuelle de lhumanit, cest un vieux fond motionnel que le voyageur tait confront, dans lequel il se ressourait. Mes forces psychiques libres plongeaient nouveau, avec flicit, dans l'immensit du monde originel (3). Caractre irrductible de la personne humaine Jung tentait de faire prendre conscience lindividu des virtualits insouponnes quil recelait en lui. Certains philosophes lont influenc, ainsi Socrate. La clbre injonction quil lgua lhumanit Connais-toi toi-mme , ne pouvait qualler dans le sens des conceptions du psychologue chez qui toute luvre est justifie par une tude toujours plus avance de lme humaine. Platon a eu aussi son importance. Deviens ce que tu es conseillait le philosophe athnien. Lhomme doit vivre selon sa nature propre disait C.G. Jung. Lharmonie avec la nature, lunion entre lme et le corps, le lien avec les choses, voire avec notre foyer, sont autant de vecteurs de lharmonie intrieure. La relation humaine joue un rle essentiel en empchant de se confondre avec la fonction exerce dans son mtier, pour preuve les crises de larme de Bismarck, trop absorb par sa fonction de chancelier. Conscience humaine et nature primitive

    La lumire doit tre confronte lobscurit, la conscience doit tre en contact avec linconscient. Si linconscient personnel peut tre malade, linconscient collectif ne lest jamais et lon peut toujours sappuyer sur lui en cas de crise. Le facteur motionnel joue en la mesure un rle capital. Un choc au visage, par exemple pourrait tre lorigine des premires rflexions de lindividu sur lui-mme disait le savant. Sous linspiration du catholicisme et du cartsianisme, lhomme a tabli

    une dichotomie entre sa conscience claire et les profondeurs obscures qui lhabitaient. Mais linconscient fait toujours sentir sa puissance et lon ne peut lignorer sans subir un retour en force des monstres y demeurant. Cette nature instinctuelle tait bien reprsente dans les anciennes traditions par lanimal. Prcepteur dAchille, le centaure Chiron suggrait par sa nature duale quil tait bon denseigner son illustre lve lexistence en lui de deux natures, lune intellectuelle, lautre brutale. Ce danger, lencourent les peuples colonisateurs mis en face dindignes dune psychologie

  • 17

    diffrente. Cette tendance fut par exemple celle laquelle cda le peuple amricain confront aux Indiens domins. Lhomme en proie au dmon dorgueil juste titre le christianisme a fait de lorgueil le premier des sept pchs capitaux. Quand Dieu cra lhomme, il le mit au sommet de la Cration, mi-chemin entre Lui et le monde naturel, faisant de lui un matre responsable ayant une pleine conscience de ses actes. Si tu sais ce que tu fais, tu es heureux ; mais si tu ne sais pas ce que tu fais tu es damn (4) disait le Christ. De matre responsable, lhomme tendit se comporter en matre irresponsable, ainsi que le montrent les drames de Tchernobyl et de Fukushima.

    La dmesure humaine acquiert un caractre particulirement aigu dans le domaine de lide. Au nom dune ide pouvaient tre mobiliss les lans collectifs dans lesquels lindividu tait noy et perdait sa libert. Lide justifiait alors lidologie. Cette menace sur la conscience individuelle a t incarne par lglise puis, au XXe sicle, par les tats totalitaires qui rclament le pouvoir non seulement temporel, mais aussi spirituel (5). Ces excs sexpliquent par une faiblesse ressentie par les hommes en proie au doute et la peur. Le danger extrieur peut tout aussi bien mobiliser les passions et contre celui-ci la guerre sainte, religieuse ou laque, reprsente toujours la mme abdication de soi. Autrefois appliqu aux peuples trangers, le terme barbare

    dsigne aujourdhui linconscience des hommes. La barbarie est partialit, manque de mesure, bref, dfaut de proportion (6). Aujourdhui, ltre humain semble atteint de dmesure pour ne plus respecter la nature, la vie, ses semblables. Il semble urgent quil se reconnecte avec lui-mme, avec la Nature et les autres pour retrouver lharmonie. (1) Carl Gustav Jung, Ma vie, ditions Gallimard, 1966. 2e dition, 1967, page 240 (2) Carl Gustav Jung, Ma vie. Ibid., page 157 (3) Carl Gustav Jung, Ma vie. Ibid., page 304 (4) Carl Gustav Jung, Psychologie et religion, ditions Buchet/Chastel, 1958, page 156 (5) W. Mc Guire et R.F.C. Hull, C.G. Jung parle. Ibid., page 103 (6) Carl Gustav Jung, Types psychologiques, Georg diteur S.A., 1991, page 81 La personne humaine dans luvre de Carl Gustav Jung, Tome 1 Didier LAFARGUE Les ditions du Dsir, 2016, 330 pages, 22

  • 18

    Philosophie vivre Le printemps, symbole de rnovation de lme Par Dlia STEINBERG GUZMAN Lorsque le printemps arrive, jeunes ou vieux, ce moment recle pour tous un sentiment de rnovation et desprance. Ainsi, pendant au moins un jour, nous imaginons que les choses doivent fleurir, que les choses doivent savrer meilleures, que les choses tendent vers un avenir que nous essayons dentrevoir heureux.

    Mais ce sentiment ne dpasse pas ce moment, pas plus que nos efforts pour faire de toute lanne un printemps. Tels des hommes amnsiques qui auraient perdu la mmoire de la lecture, bien quayant lu beaucoup un jour, nous regardons sans voir, et nous comprenons sans comprendre les rythmes de la nature. Une petite voix intrieure cache nous dit que le printemps nest pas seulement une des saisons de lanne, un moment parmi tant dautres, mais que le renouveau verdoyant de la nature est un message, un langage qui veut nous transmettre quelque chose, bien que nous ne sachions pas quoi. Par imitation, comme seuls peuvent le faire ceux qui ont une mauvaise mmoire, nous nous habillons de couleurs claires, nous commenons ressentir la chaleur psychologiquement et, extrieurement, des aspirations une rnovation qui bien souvent ne vont pas au-del dune bonne propret gnrale dans notre habitation. Et cest l que nous ne comprenons pas jusquau bout le langage de la nature. Il est certain quon la voit vtue de neuf au printemps. Mais cest le cas tous les printemps, anne aprs anne, inexorablement, avec une patience infinie, presque surhumaine. Et, dans la nature, aprs le printemps vient lt, cest--dire quaprs la rnovation des formes viennent les fruits de cette rnovation, la concrtisation des aspirations lclosion de ce qui ne fut au dbut que des semences

  • 19

    Nanmoins, nous les hommes, sommes en dessous de la vrit Nous commenons percevoir une rnovation mais nous ne la rendons pas constante ; nous ne faisons pas de lvolution notre ligne de conduite, et anne aprs anne, loin de quitter nos vieilles peaux consciemment, nous avons besoin de la pousse et des coups de la vie, parfois sous leffet du plaisir, parfois sous leffet de la douleur, parfois du fait de contempler le calendrier quand cest enfin le printemps. Nous navons pas non plus la persvrance quimplique de mener jusqu lt ce qui a commenc natre au printemps. Nous nous satisfaisons dimpulsions qui meurent peine nes ; des lueurs nous suffisent au lieu danantir dfinitivement les tnbres ; il nous semble que cest assez de la semence sans mme souponner quelle renferme dj la future plante ; et tout au plus dsirons-nous que la plante apparaisse au sortir de la graine sans rien faire pour cela, sans larroser, sans en prendre soin, sans la mettre l o elle reoive les rayons bnfiques du soleil.

    Rappelons-nous que dans la semence est dj contenu son fruit, et ne pas prendre soin de la semence est un crime qui porte atteinte au fruit plus qu elle-mme. Tuer une semence, lui refuser notre effort, cest comme tuer le futur dans le prsent. Et rver de larbre du futur sans commencer par prendre soin dune semence, cest se cantonner au plan des rveries sans aucun effet pratique. Aujourdhui, au printemps, cest le moment. Aujourdhui, nous pouvons choisir la semence de larbre de notre avenir. Aujourdhui, nous pouvons dcider de ce que seront les branches et les feuilles qui nous donneront de lombre demain. Et pour ceux dentre nous qui veulent construire lAcropole, des cits hautes avec des mes leves, cest aujourdhui le moment de cultiver la semence qui repose, latente, en chacun de

    nous, dans lattente de leau bnie de la connaissance et de la foi. Traduit de lespagnol par Marie-Franoise Touret

  • 20

    Philosophie Quest-ce que penser ? Par Franoise BECHET Voici un lien video bien intressant dun extrait dune confrence de Bertrand Vergely sur le thme quest-ce que la philosophie ?

    Bertrand Vergely nous dit que la philosophie cest vivre avec la pense. Oui, mais alors quest-ce que cest que penser ? Nous pouvons trouver quelque rponse mditer dans le livre VI de la Rpublique de Platon, traitant du paradigme de la ligne de la connaissance. Platon explique quil y a quatre niveaux de penser : Le 1er niveau est du domaine de limpression ; cest avoir des penses, des opinions, des ressentis... Le 2e niveau est celui de la croyance, cest dire dun systme de pense Le 3e niveau, cest la pense rigoureuse, rationnelle, cest la pense scientifique Le 4e niveau, qui, pour Platon, est vraiment PENSER, cest comprendre, capter lessence de quelque chose, son identit profonde, son tre, que Platon met en relation avec le BIEN, car pour que lunivers soit ordonn et cohrent, il est bon que les choses soient ce quelles sont.

    La philosophie cest donc la dialectique qui amne comprendre lessence, lidentit des choses, ce qui fait quelles sont et quil est bien quelles soient. Cest bien intressant pour nous, apprentis philosophes, de comprendre le lien entre apprendre penser et capter lidentit des choses, leur sens profond. http://orthodoxie.com/bertrand-vergely-quest-ce-que-la-philosophie/

    Trait de rsistance pour le monde qui vient Par Bertrand VERGELY ditions Le Passeur, 2016, 196 pages, 18 Quelle socit pour demain? Pour quil y ait socit, estime le philosophe, ne faut-il pas quil y ait un tre social et pour quil y ait un tel tre, quil y ait un sens de lexistence afin de btir une socit qui vit et qui fait vivre? Notre monde actuel est la fois celui du march et celui des masses. Face ce monde il ny a quune parade, poursuit-il: linsurrection des consciences.

    http://orthodoxie.com/bertrand-vergely-quest-ce-que-la-philosophie/
  • 21

    Vincennes Cinma Edvar Munch, la danse de la vie Par Lionel TARDIF Dans le cadre des Toiles du mardi, Lionel Tardif, crivain, cinaste, metteur en scne de thtre, directeur de centre culturel, organisateur de festivals de cinma, de musique sacre, propose la projection du film : Edvar Munch, la danse de la vie. Sous le portrait du peintre, surgit lauto-portrait du ralisateur anglais.

    Prsent comme un documentaire dpoque et une fiction (car il ny a pas de sparation entre les deux), le film, paru en 1974, retrace les dbuts de la carrire artistique du peintre norvgien Edvard Munch (1863-1944). De ses recherches picturales la rception de son uvre par le public et les critiques, des drames amoureux la peur de la maladie qui sabat sur sa famille telle une maldiction, de son rejet de la socit bourgeoise son accueil par des groupes anarchistes o dartistes rvolutionnaires : le film brosse le portrait subjectif et intime de Munch, tout en liant lartiste son poque et aux grands mouvements culturels et sociaux qui agitent cette fin de XIXe sicle notamment en peinture avec Van Gogh, Gauguin, Czanne, Picasso en littrature avec Ibsen, Max Reinhard Le film voque toutes les recherches artistiques et formelles que Munch a dveloppes durant prs de vingt ans, et cest galement lpoque o il investit le plus de lui-mme et o perce aussi sa colre face au monde. Sous le portrait du clbre peintre surgit constamment lautoportrait du cinaste anglais. Peter Watkins dcrit lambiance de cette fin du XIXe sicle. Un univers puritain, religieux et bourgeois dont la richesse sappuie sur le travail dun tiers des enfants, travail dont la dure maximum lgale est fixe sur le mme plafond que celui des travaux forcs. Une socit police qui, derrire une faade duque et raffine, entretient un rseau de prostitues, dnie toute forme de culture et crot sur la pauvret. Une socit qui s'abrite derrire la Bible pour asservir les femmes et touffer toute vellit de mettre bas les masques.

  • 22

    Peter Watkins fait sien Le Cri de Munch, un cri dangoisse qui anticipe les dirigeants venir dans le monde, ce cri qui a pris naissance dans le carcan familial et social. Avec Geir Westby, Gro Fraas, Kersiti Allum, Susan Trosldmyr. Projection le mardi 16 avril 2017 19 h Espace Sorano : 16, rue Charles Path 94300 Vincennes - Tel : 01 43 74 73 74 - www.espacesorano.com

    TOULOUSE Confrence et Atelier Vendredi 16 juin 2017 19h 30 Sagesse des peuples premiers... Outils pour notre transition Par le Cercle des Passeurs Lorenza Garcia (culture Navajo) Xavier Pron (culture Maasa), Frdrika Van Ingen (Le Cercle des Passeurs) Les savoirs millnaires des peuples racines nous placent devant une vidence : do quils soient, ils nous remettent sur le chemin du lien la Vie ! Ils ont travers lpreuve du temps, nous parlent tous, mme depuis notre modernit. Quelles sont ces cls quils ont su conserver au fil des millnaires ? Comment peuvent-elles nous inspirer aujourdhui ? Comment les mettre en pratique et rapprendre nous relier ? Lieu de la confrence : 22, alle de Barcelone - Salle Barcelone 31 000 Toulouse Informations et rservations : www.comturquoise.fr - Tel : 06 75 02 67 45 - [email protected] www.linscription.com/conference-sagesses-des-peuples-premiers Cette confrence sera suivie de trois atelier au choix le samedi 17 juin de 9h 30 17h 30 Lieu : Domaine de Ribonnet, 716 chemin de Ribonnet 31870 Beaumont sur Lze Information et Rservations pour confrence et atelier : www.comturquoise.fr - Tel : 06 75 02 67 45 - [email protected] www.linscription.com/conference-sagesses-des-peuples-premiers

    LA COUR PTRAL (Perche) Stages Sentiers dInitiation Du 6 au 9 juillet 2017 Du 6 au 9 juillet 2017, lassociation Nouvelle Acropole propose des stages Sentiers dInitiation La Cour ptral, situe dans le perche. Au programme : stage de chant, yoga, Qi Gong, Tai Chi, thatre, criture, danse mdivale, et atelier pour comprendre la lumire des dernires dcouvertes des neurosciences, sciences humaines et sciences physiques les enjeux et dfis du monde actuel. Informations et rservations : Tel : 02 32 37 54 56 [email protected] - www.courpetral.fr et sur facebook : La Cour Ptral

    http://www.espacesorano.com/http://www.comturquoise.fr/mailto:[email protected]://t1o.mj.am/lnk/AHgAAArCVYAAAAAAAAAAAEmzYEQAAAG9szkAAAAAAAA1PwBY-wtlgOA01hBwRlyGa_cimKG4GwAAO7w/2/RxHaHu3lBzoK7JTOoDG8CA/aHR0cDovL3d3dy5saW5zY3JpcHRpb24uY29tL2NvbmZlcmVuY2Utc2FnZXNzZXMtZGVzLXBldXBsZXMtcHJlbWllcnMhttp://www.comturquoise.fr/mailto:[email protected]://t1o.mj.am/lnk/AHgAAArCVYAAAAAAAAAAAEmzYEQAAAG9szkAAAAAAAA1PwBY-wtlgOA01hBwRlyGa_cimKG4GwAAO7w/2/RxHaHu3lBzoK7JTOoDG8CA/aHR0cDovL3d3dy5saW5zY3JpcHRpb24uY29tL2NvbmZlcmVuY2Utc2FnZXNzZXMtZGVzLXBldXBsZXMtcHJlbWllcnMmailto:[email protected]://www.courpetral.fr/
  • 23

    lire

    Les conqurants 2017 Prsidentielle, leurs points forts, leurs handicaps Par ric REVEL et Xavier PANON ditions LArchipel, 2016, 312 pages, 20 Un titre qui sinspire dun pome de Jos-Maria de Heredia et qui sadresse parfaitement tous les candidats de llection prsidentielle 2017 en France. Quelles alliances seront-ils prts nouer ? Pour conduire quelle politique ? Le moins que lon puisse dire, comme lannoncent les auteurs, cest que a va turbuler en 2017 .

    Kant Lart de la pense Par Brigitte BOUDON ditions Ancrages, 2016, 62 pages, 8 Dans la collection Petites confrences philosophiques, Brigitte Boudon aborde ici luvre du philosophe Emmanuel Kant, dont la pense est rvolutionnaire, par la radicalit de son questionnement et de ses concepts. Avant de connatre le monde, il faut sinterroger sur la capacit de le connatre.

    Nietzsche La qute dternit Par Fabien AMOUROUX ditions Ancrages, 2016, 62 pages, 8 Dans la collection Petites confrences philosophiques, Fabien Amouroux sintresse au philosophe allemand Nietzsche, philosophe au marteau qui a pouss jusquau bout la logique de la critique philosophique. Il nous invite rtablir en nous la hirarchie des forces pour rconcilier lesprit et la vie.

  • 24

    LAlchimiste Jorge A. LIVRAGA ditions Acropolis, 2017, 180 pages, 15 Rdition du clbre roman, qui se droule en pleine Inquisition. Pablo Simon rencontre Giordano Bruno, menac lui aussi par lglise de contredire des dogmes. Deux destins qui semblent tracs, comme tant dautres philosophes du XVIe sicle, victimes de lignorance et du fanatisme de lpoque.

    Recettes et philosophie Stphanie CASSAN, Chantal ELKAIM, Fabienne THEODOLOZ CDP ditions, 60 pages, 22 Un ouvrage original qui offre la fois de belles recettes illustres par une photographie allchante, et la motivation philosophique de la personne qui la prsente, et qui est une personnalit connue aussi bien du monde du spectacle, de la gastronomie ou de tout autre domaine. La devise de ces choix tant : une recette de cuisine pour une recette de lesprit !

    Ma vie en rvolution Par la Princesse Constance de POLIGNAC ditions Albin Michel, 2016, 238 pages, 19 Dans cet ouvrage, lauteur, issue dune des plus longues lignes de laristocratie franaise, raconte des pisodes douloureux de sa vie tout en portant un regard sur la femme qui, selon elle notre poque nest pas valorise et na pas sa place, malgr le fait quelle soit dote dune grande puissance, force et souverainet. Elle raconte galement ses expriences initiatiques avec les peuples premiers dAfrique et dAmrique, avec lequel elle a renou avec la Terre et a retrouv le sens de la vritable noblesse.

    Rouge Eden Par Pierre J.B. BENICHOU ditions Belfond, 2017, 407 pages 19,50 Peu avant son excution, Will Birdy, tueur en srie, rudit et charmeur, confesse ses crimes un pasteur. Paralllement, lpoque des premires purges staliniennes, Tomofei Bogae physicien sovitique a t condamn injustement, tortur et envoy au goulag. Quelle relation unirait ces deux hommes, lun, victime et lautre bourreau, que tout spare, aussi bien gographiquement que dans le temps ? Un roman philosophique qui aborde de nombreux sujets : histoire sovitique, physique quantique, philosophie, religion

  • 25

    La Source que je cherche Lytta BASSET ditions Albin Michel, 2017, 298 pages, 20 Dans une socit en crise lhomme cherche retrouver le sens. En cherchant on trouve, au jour le jour, la source de toute vie et de tout ce qui est bon vivre. Cette qute de sens commence par accepter que Dieu est lindicible, linconnu, en abandonnant les fausses reprsentations.

    Introduction aux Yogas-stras de Patanjali Yoga-Sara-Samgraha Vijnana BHIKSHU Prface de Erik SABL ditions Le Mercure dauphinois, 2015, 80 pages, 11,50 Texte fondateur du yoga, les Yoga-stras de Patanjali ont inspir bien des commentateurs indiens, notamment Vijnana Bikshu moine du XVIe sicle. Il nous donne des dtails sur les pratiques de mditation proposes par Patanjali. Prsent par un spcialiste de la pense orientale.

    Compassion Manifeste rvolutionnaire pour un monde meilleur Par Karne ARMSTRONG ditions Belfond, 2013, 351 pages, 17,50 l'heure o les cultures s'opposent les unes aux autres et o l'extrmisme monte en puissance, l'historienne des religions Karen Armstrong tire la sonnette d'alarme : il est urgent de dpasser notre peur de la diffrence, avant qu'il ne soit trop tard. En pratiquant la compassion. Ce livre contient des anecdotes et des exercices concrets pratiquer quotidiennement. Une mthode choc pour rvolutionner nos rapports l'autre, remplacer nos prjugs par de l'empathie et devenir acteur de sa vie.

    Retrouvez la revue Acropolis sur le site : www.revue-acropolis.fr

    http://www.revue-acropolis.fr/
  • 26

    Revue de lassociation Nouvelle Acropole Sige social : La Cour Ptral D 941 28340 Boissy-ls-Perche www.nouvelle-acropole.fr Rdaction : 6 rue Vronse 75013 Paris Tel : 01 42 50 08 40 http://www.revue-acropolis.fr [email protected] Directeur de la publication : Fernand SCHWARZ Rdactrice en chef : Marie-Agns LAMBERT Reproduction interdite sans autorisation. Tous droits rservs FDNA 2017 ISSN 2116-6749 Toute reproduction partielle ou intgrale des textes contenus dans cette revue, doit mentionner le nom de lauteur, la source, et ladresse du site : http://www.revue-acropolis.fr Crdit photos : Nouvelle Acropole France - Com Turquoise -

    http://www.nouvelle-acropole.fr/http://www.revue-acropolis.fr/mailto:[email protected]://www.revue-acropolis.fr/ditorialducationSocio-politiquePhilosophieLittraturePhilosophie vivrePhilosophieVincennes Cinma lire